Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

La tectonique des plaques.

Publié le par Pierre de RUS

Dans la période agitée que nous traversons, il serait judicieux de se poser pour observer les forces en action. Ce qui est en train de se passer m’apparaît à ce jour, même si la situation peut changer (et va changer), de l’ordre de la terraformation.

C’est un monde nouveau qui essaye de se mettre en place dans le fracas et le tumulte qu’évoquait il n’y a pas si longtemps l’un des acteurs de cette révolution.

On y voit notre vieux monde se disloquer et se reconfigurer comme dans un grand mouvement comparable à la tectonique des plaques.  Mais là où les évolutions naturelles se font dans la durée, à des vitesses tellement faibles qu’elles sont invisibles au commun des mortels, l’évolution de notre monde politique se fait à tombeau ouvert.

Nos vieux continents bien établis, FN, LR+UDI, PS, PC et d’autres ilots de taille plus modeste, se sont tellement agglutinés dans une espèce de Pangée difforme aux différences si peu visibles qu’elle a fini par imploser pour donner naissance à trois gros continents (FN+LR, LR+EM+PS, PS+FI+PC) qui n’en sont qu’au début de leur évolution et qui risquent de se fracturer à leur tour. L’Histoire nous le dira.

Cette cinématique est entraînée par des mouvements nouveaux auxquels on peut participer sans vraiment quitter son vieux continent, être dedans et dehors en même temps. C’est ça qui est la nouveauté et qui suscite l’engouement pour cette recomposition. C’est le "Rassemblement Bleu Marine", c’est "En Marche!" et c’est la "France Insoumise".

Alors, pour beaucoup, c’est la panique, certains s’agitent dans tous les sens comme les fourmis d’une fourmilière dans laquelle on vient de donner un coup de pied. Ils se précipitent vers le continent qui semble le plus à même de garantir leur survie avant que l’écart entre les plaques ne soit trop important et qu’ils ne tombent dans les limbes abyssaux où ils risquent de disparaître à tout jamais.

Ce spectacle peut paraitre amusant, je le trouve pour ma part affligeant et indigne.

Affligeante aussi la brutalité avec laquelle sont octroyés les droits d’installation sur ces nouveaux continents. En guise de nouveauté, on nous propose en fait une resucée de bon vieux centralisme démocratique, comme aux meilleures heures du communisme soviétique triomphant.

Comment nous, Français, peuple fier et cultivé, pouvons-nous accepter sans rechigner une telle dérive autocratique, même dissimulée sous les habits rutilants de la nouveauté ?

Les dinosaures des anciens continents vont-ils tous y laisser leur peau ? L’avenir nous le dira, mais il apparait déjà que certains avaient bien assuré leurs arrières. Les autres se précipitent en masse vers ceux qui font le plus de bruit, un peu comme les enfants du joueur de flute de Hamelin. Et peu importe où mène la musique, l’important est d’être dans le vent, c’est une question de survie !

Beaucoup pourtant feraient bien de se rappeler cette citation, que Jacques Chirac attribuait à tort à Jean Guitton, « être dans le vent, c’est avoir un destin de feuille morte ».

Prenons un peu de recul et attendons que le vent se calme.

Partager cet article

Repost 0

La Cure d'Austérité Continue !

Publié le par Pierre de RUS

Encore un Conseil Municipal houleux ce mercredi 29 mars ou l'on a assisté à la démission d'une adjointe qui rejoint le groupe d’opposition ; sa lettre de démission qui nous a été lue en dit long sur l'esprit de duplicité et de clientélisme du clan Aliquot.

Des mots durs ont été employés, la Maire accusant un de ces anciens adjoints de faire une politique de voyou, et elle s’y connait…

Pas de surprise pour autant, tout a été voté à la majorité par des élus plus préoccupés par la peur de perdre leur statut et surtout, pour certains, leur indemnité que par l'intérêt de nos concitoyens.

Il faudra bien qu’à un moment donné ils ouvrent les yeux et qu’ils constatent ce que nous voyons tous,  la politique mise en œuvre par le clan Aliquot est mortifère pour notre commune et pour ses habitants.

En 2017 donc, la cure d'austérité continue alors que 2016 s'est terminée avec un excédent cumulé de près de 3,5 millions d'Euros !

Je termine par une pensée pour Jean Rendouyé qui a été maire adjoint il y a quelques années et qui vient de nous quitter. Une pensée également pour son épouse Odette et toute sa famille.

Ci-après mon intervention sur le vote du Budget Primitif qui s'est tenu, pour la première fois depuis au moins 22 ans, à bulletin secret et qui a été adopté par 17 voix Pour et 12 Contre.

Madame le Maire, Mes chers collègues.

Je l’ai dit tout à l’heure, la tournure que prend la gestion de notre commune nous semble nuisibles à long terme et pour tout dire nous laisse dubitatifs sur la sincérité du budget que vous proposez au vote ce soir, voire sur la compréhension que vous-même pouvez en avoir ; je prendrai juste deux exemples parmi tant d’autres.

Le budget qui nous est proposé, c’est une évidence, est tout entier tourné vers l’investissement et laisse peu de marge de manœuvre pour le fonctionnement. Cela induit des effets pervers comme l’augmentation inconsidérée du taux de masse salariale que vous affichez à 57,45%, soit le taux le plus fort de ces 6 dernières années.

Dans la présentation du CA, vous nous dites que pour l’épargne brute, « le seuil plancher est de l’ordre de 10% » or dans le budget que vous soumettez au vote du Conseil Municipal, vous annoncez pour 2017 un taux d’épargne brute prévisionnelle de 2,97 % ! Que croire ?

Ce ne sont peut-être que deux détails minimes, mais derrière ces chiffres se cache une triste réalité, c’est que le personnel communal n’a pas de moyens pour mener à bien ses missions. Comment expliquer que malgré une augmentation de la population incessante, les dépenses à caractère général, qui servent à faire fonctionner les services, sont en diminution de 21 % !

Et ces diminutions ne sont pas faites au hasard, elles se retrouvent principalement dans les secteurs scolaire et culturel !

On comprend mieux, sous cet éclairage, la difficulté que vous avez à recruter des cadres qui acceptent de rester plus que quelques mois. Ce que vous n’avez pas compris, c’est que nous sommes une ville jeune qui a besoin plus de services que d’investissements. Mais vous, vous voulez de l’investissement, car les services à la population, on l’a bien compris, ça n’est pas votre tasse de thé.

Je ne dis pas que les investissements que vous proposez sont inutiles. Je dis que pour les plus importants, ils auraient dû être financés autrement. Autrement que par la cure d’austérité que vous avez imposée depuis 3 ans aux familles de cette commune afin de constituer cette capacité de payer cash des investissements qui seront amortis sur 20 ans.

La maison médicale, typiquement aurait dû être un investissement intercommunal et cela aurait pu être le cas si vous aviez négocié, comme d’autres villes l’ont fait, un plan pluriannuel d’investissement au moment de la fusion des intercommunalités. Le problème c’est que vous étiez aux abonnés absents, plus préoccupés à vous opposer à la fusion qu’à négocier les conditions de cette évolution qui était, tout le monde le savait, inéluctable.

Cela vous oblige donc à trouver les ressources en interne et, par conséquent, à sacrifier le fonctionnement sur l’autel de l’investissement.

Mais comme les services n’ont plus de moyens de fonctionner, justement, il ne se passe rien et ils ne peuvent même pas mettre en œuvre les investissements que vous prévoyez ! Notre commune est de ce fait entrée dans une spirale négative qui fait que soit les personnels partent, soit ils sont démotivés, mais dans tous les cas, nous sommes tous perdants.

Je vous le dis, mes chers collègues, nous courrons à la catastrophe et les conséquences seront lourdes car il faudra ensuite des années pour que notre commune retrouve un fonctionnement normal. Des équipes ont été décimées, le service public mis à mal, il faudra tout reconstruire et cela ne se fera pas d’un simple claquement de doigts. Tout ce gâchis n’a que trop duré !

Mes chers collègues, devant la gravité de la situation, je vous appelle à prendre vos responsabilités, et à voter contre ce budget qui ne répond pas aux attentes de nos concitoyens et qui est nocif pour notre commune et pour ses administrés.

Je vous remercie de votre attention.

Partager cet article

Repost 0

Le Diable se Cache dans les Détails.

Publié le par Pierre de RUS

Mercredi prochain, 1er février, nous sommes conviés par Mme Aliquot à une réunion publique concernant le PLU (Plan Local d’Urbanisme) pour nous en présenter le PADD (Projet d’Aménagement et de Développement Durable) qui est le document le plus important car il ; il dit ce que la municipalité veut faire ou ne pas faire.

Au cours de cette réunion, elle nous présentera donc sa vision de la ville pour les 10 ou 15 prochaines années. Je dis bien sa vision à elle, car aucun travail n’a été fait en commission ni en Conseil Municipal sur ce sujet.

Alors, pourquoi un nouveau PADD ? Le principal objet est de rendre constructible toute une partie de la commune située entre le parc des sports et la route du golf de Villeray, afin d’y réaliser la future ZAC du même nom (1300 logements, dont un grand nombre de logements collectifs).

Pour le reste, c’est un copier-coller du précédent PADD que nous avions élaboré en 2006, avec une attention particulière portée au centre-ville, ce que je soutiens pleinement.

Mais le diable se cache dans les détails et il y a un petit détail !

Nous avions décidé en 2006, de sanctuariser la zone de la commune située au sud de la route du Golf de Villeray pour lui garder sa vocation agricole. Mais pour Mme Aliquot, qui est maintenant le chantre du bétonnage à tout va, rien n’est sacré... Elle a donc décidé de rendre constructibles deux « petites » parcelles situées l’une près du hameau de Villededon et l’autre entre le bois d’amour et la limite de Saintry.

Lorsque j’ai demandé la raison de cette ouverture à l’urbanisation, la réponse de Mme Aliquot a été très explicite, il s’agit de permettre « un petit projet de construction de quelques maisons à Villededon ». Je vous laisse apprécier le « quelques », la parcelle concernée fait 20000 m², soit presque 3 fois plus que le terrain de l’ancienne mairie où elle a fait construire 26 pavillons !

Quant à la sortie coté Saintry, c’est pour …. Bah, ce n’est pas très clair ce serait pour masquer l’arrière des pavillons de Saintry que Mme Aliquot trouve disgracieux… Elle préfère donc voir des constructions que des champs et la forêt de Rougeau au loin.

Cela pourrait prêter à sourire, mais je sais la pression que j’ai eu durant des années pour ouvrir ces zones à l’urbanisation, donc, je vois très bien les raisons pour lesquelles Mme Aliquot a cédé à cette pression en moins de 3 ans… En effet, on parle ici d’une zone d’une quinzaine d’hectares, de quoi construire au moins 2 à 300 logements.

Ce faisant, elle fait passer encore une fois l’intérêt particulier de quelques personnes, dont certaines n’habitent même pas la commune, avant l’intérêt général de la ville.

Alors que plusieurs milliers de logement sont déjà programmés, quel est l’intérêt d’en construire quelques-uns de plus dans un secteur à vocation agricole ?

En attendant, pendant que le bétonnage s’amplifie, le reste de la commune est laissé à l’abandon et se dégrade de jour en jour. Mais pour Mme Aliquot, ceci ne doit être qu'un petit détail...

Partager cet article

Repost 0

Petits Arrangements Avec La Loi

Publié le par Pierre de RUS

Petits Arrangements Avec La Loi

Décidément, Mme Aliquot a une fâcheuse tendance à s’assoir sur la loi et elle nous le démontre encore une fois.

Nous avons reçu aujourd’hui de sa directrice de cabinet, un nouveau planning de l’activité municipale pour les prochains mois. Et là, surprise !

Le conseil municipal prévu pour le 21 septembre est annulé et reporté au mois suivant. Bien entendu, aucune raison n’a été donnée pour justifier ce report.

La loi est pourtant simple, l’article L2121-7 du Code Général des Collectivités Territoriales est très clair : « Le conseil municipal se réunit au moins une fois par trimestre. »

On pourra m’objecter qu’après deux mois de vacances, les commissions n’ont pas pu se réunir pour préparer le conseil de septembre mais ce n’est plus un argument valable, puisque les commissions ne se réunissent pratiquement jamais en temps normal, et encore, quand elles se réunissent, ce n’est pas pour travailler mais pour entériner les décisions déjà prises par le couple régnant et son chargé de propagande…

Même si l’ordre du jour du conseil de septembre est traditionnellement allégé, celui-ci aurait pu être mis à profit pour faire un point sur la rentrée scolaire (nous avons de nombreuses questions à poser à ce sujet) ou pour évoquer des pistes de solutions pour lutter contre la désertification médicale de notre commune.

Mais c’est sans compter avec le mépris dans lequel Mme Aliquot tient les conseillers municipaux, les minoritaires, comme les majoritaires, qu’ils ne se fassent pas d’illusion…

Partager cet article

Repost 0

Indécence

Publié le par Pierre de RUS

Indécence

Mercredi dernier s'est tenu le conseil municipal le plus important de l'année puisqu'il s’agissait de voter le Compte Administratif (CA) 2015 et le budget primitif (BP) 2016.

Comme à l'accoutumée, la réunion a été interminable avec la lecture ligne par ligne du CA et du BP.

Mme Aliquot nous a présenté un CA largement excédentaire malgré les propos alarmistes qu'elle avait tenu un mois plus tôt lors du Débat d'Orientation budgétaire.

La seule explication qu'elle nous a donné de ce revirement est qu'elle ne savait pas... Elle a découvert la bonne santé financière de la commune quelques jours avant le Conseil Municipal !

Incompétence ? Mauvaise foi ? Que penserait on d'un chef d'entreprise qui ne contrôlerait pas l'état de ses finances au moins tous les mois ?

Mon intervention sur le vote du CA 2015 :

Madame le Maire, Mes chers collègues.

Je voudrais en premier lieu remercier les services pour les documents très clairs qui nous sont proposés ce soir.

Ces documents ne souffrent pas d’une remise en cause quelconque puisqu’ils sont factuels et validés par la trésorerie.

Mais le vote du compte administratif n’est pas qu’une banale opération de validation comptable d’un résultat. Ce vote sanctionne également la manière dont a été exécuté le budget et par conséquent donne, ou pas, quitus au Maire pour la bonne utilisation des deniers publics.

Si on se place sur un plan purement comptable, alors, nous ne pouvons qu’applaudir à ce formidable résultat de 1,5 M€. Mais voilà, une mairie, ce n’est pas une pharmacie ou une entreprise aéronautique. Une politique ne se juge pas uniquement aux bénéfices dégagés et à sa rentabilité. Une politique se juge avant tout aux actions qui sont menées et à la manière dont elles le sont.

Le discours catastrophiste et anxiogène que vous avez utilisé tout au long de l’année pour justifier la dégradation des services publics apparait aujourd’hui totalement injustifié puisque en étant un peu moins sévère, l’exécution de ce budget aurait pu malgré tout dégager de l’excédent.

Au lieu de cela, vous vous êtes attaquée aux populations les plus faibles de notre ville, les familles et les personnes âgées en augmentant de manière brutale les tarifs des services qui leur sont destinés.

Vous avez littéralement saigné les familles à tel point que beaucoup d’entre elles se sont vues obligées de retirer leurs enfants des activités périscolaires. Certains de nos anciens, et ils nous l’ont dit, ne participent plus aux sorties organisées par la commune parce que le prix demandé est trop élevé. Tout cela, c’est du lien social qui se délite et c’est le signe d’une commune qui se transforme petit à petit en ville dortoir.

Que dire de l’exécution du budget d’investissement ? Les comptes, bien entendu, sont justes a priori et, là encore, nous ne les remettons pas en cause. Mais à quoi sert-il de provisionner un tel budget si c’est pour n’en réaliser que 50 % ? C’est uniquement de l’affichage, mais nos concitoyens ne sont pas dupes.

Alors oui, bravo, vous dégagez un excédent de 1,5 M€, mais il y a une telle indécence à présenter aujourd’hui cet excédent, après nous avoir expliqué par exemple que 15 000 € de piscine pour les petits mettaient en péril le budget communal, il y a une telle indécence que nous ne pouvons pas vous donner quitus de votre gestion.

Partager cet article

Repost 0

Urbanisme Réglementaire...

Publié le par Pierre de RUS

Agglomération de Grand Paris Sud
Agglomération de Grand Paris Sud

Hier soir s’est déroulée au théâtre de Sénart la soirée de lancement de la Communauté d’Agglomération Grand-Paris-Sud dont notre commune est membre depuis le 1er janvier de cette année.

En termes de gouvernance, notre ville hérite d’un strapontin puisque Mme Aliquot aura un poste de conseiller délégué alors que des maires de communes moins centrales et plus petites ont des Vice-Présidences. Autant dire qu’elle n’aura que très peu d’influence sur les décisions qui vont pourtant façonner notre avenir.

Mme Aliquot a réussi ce tour de force qu’en 2 ans, elle s’est mis à dos une grande partie de la population de sa commune et du personnel communal mais aussi les élus des villes voisines, à tel point qu’aucun d’entre eux, semble-t-il, ne voulait la voir occuper des responsabilités importantes dans la nouvelle Communauté d’Agglomération !

Ils lui ont quand même donné un lot de consolation sous la forme d’une délégation et elle sera donc « chargée du logement et de l’urbanisme réglementaire ». No comment…

On pourrait en sourire si ce n’était pas un sujet grave.

C’est vrai qu’en matière d’urbanisme et de règlement, elle est tout à fait indiquée pour occuper le poste ! Il n’y a qu’à voir comment elle a géré le projet de l’Ancienne Mairie... Elle a été très rapide pour désigner un promoteur, on se demande toujours pourquoi, et pourquoi celui-ci en particulier. Mais à ce jour, le projet est bloqué et on ne sait toujours pas quelle en sera l’issue.

Mais elle a aussi de l’expérience dans le domaine réglementaire. Après un an de mandat, le Préfet l’a assignée au Tribunal dans le cadre du recrutement de son Directeur Général des Services, dont elle a dû se séparer précipitamment.

Apparemment, cela ne lui a pas servi de leçon.

Suite à la démission de deux membres de la commission d’Appel d’Offres, elle a entrepris sans sourcilier de les remplacer par deux nouveaux élus, sans doute plus dociles, sans tenir compte des suppléants déjà élus et donc en totale illégalité. Là encore, le Préfet n’a eu d’autre choix, pour lui faire entendre raison, que de l’assigner à nouveau devant le Tribunal.

Déjà 2 ans et déjà 2 assignations au Tribunal par le Préfet pour non-respect de la loi.

Et la deuxième est grave, on peut légitimement s’interroger sur les raisons profondes qui l’ont poussée à enfreindre la loi dans la composition d’une commission qui est chargée de contrôler l'attribution des Marchés Publics de la Ville…

Partager cet article

Repost 0

Les Jardins Suspendus de Babylone

Publié le par Pierre de RUS

Les Jardins Suspendus de Babylone

Mon intervention lors du Débat d'Orientation budgétaire du mercredi 17 février 2016.

Madame le Maire, Mes chers collègues.

Je voudrais en premier lieu remercier les services pour cet excellent travail réalisé dans des conditions particulières compte tenu du faible temps imparti à notre Responsable des Finances nouvellement arrivée. Et j’en profite pour lui souhaiter la bienvenue

Bien entendu, nous n’ignorons rien de la situation nationale et nous sommes d’accord avec vous pour dire que celle-ci ne va pas être favorable aux collectivités locales dans les années à venir, quel que soit le gouvernement en place.

Là où nos divergences commencent, c’est lorsque, comme l’année dernière, vous mettez toute votre énergie à nous expliquer que tous les malheurs de notre commune viennent d’un effet de ciseau constaté en 2009 et pour lequel nous avons du prendre les mesures courageuses qui s’imposaient. Mais cela fait maintenant 6 ans ! J’ose espérer, que pour votre dernier débat d’orientation budgétaire en 2019 vous n’allez pas encore remonter 10 ans en arrière…

Mais ça, c’est pour la forme. Le fond est plus inquiétant. Oui, si on regarde votre graphique sur l’effet de ciseau, qui parait tant vous émerveiller, on constate que de 2011 à 2013, les recettes ont augmenté plus vite que les dépenses, certes très faiblement. Par contre, cette tendance s’est sérieusement inversée en 2014, curieusement, à partir du moment où vous avez pris en charge la gestion de notre commune.

Alors que retenir des perspectives que vous nous proposez.

Déjà, vous nous avez expliqué à plusieurs reprises que le principal objectif de ce budget est de générer l’excédent nécessaire pour financer de nouvelles opérations. En langage plus clair, cela veut dire de se constituer un bas de laine pour réaliser des opérations « visibles ». Oui, aider les gens, ce n’est pas politiquement vendeur. Mais cela devrait pourtant être votre principale préoccupation…

Pour constituer ce bas de laine, rien de plus simple, il suffit par exemple de prélever quelque 60000 € supplémentaires sur les tarifs des cantines scolaires, de diminuer les prestations de nettoyage, comme vous nous l’avez également indiqué, et nous avions déjà évoqué l’année dernière l’augmentation inconsidérée des tarifs périscolaires, ou la suppression de la piscine pour les CP.

Tout cela n’est pas, comme on pourrait le penser, du simple pragmatisme de bon aloi, cela s’appelle de l’idéologie et cette idéologie c’est également celle qui se met en application au niveau départemental et régional. Cette idéologie, que vous avez faite votre, a été théorisée et consiste à dire que chacun doit payer pour ce qu’il consomme, qu’il faut mettre à bas tous les mécanismes de solidarité qui profitent en premier lieu aux plus faibles et aux familles. Elle revient à effacer le mot « Égalité » de la devise de notre République.

Concernant le budget d’investissement, nous devons, d’après ce que vous nous avez expliqué, nous contenter des restes à réaliser de 2015 et de quelques travaux mineurs d’aménagement.

Mais ce que nous ne comprenons pas, ce sont les priorités que vous vous fixez.

Y avait-il urgence à augmenter le parc de caméras de surveillance dont le seul cout de l’augmentation aurait permis de financer jusqu’à la fin du mandat la piscine que vous avez supprimée pour les CP ?

Etait-il urgent, dans une mairie qui a été inaugurée il y a trois ans seulement, de dépenser 8000 € de décoration pour le bureau du maire et y installer des jardinières de fleurs.

La mairie n’était sans doute pas assez pharaonique, vous vouliez, en plus, les jardins suspendus de Babylone…

Vous nous avez dit hier soir, en commission des finances, que les travaux sur la voirie seraient mis en attente suite au transfert de cette compétence à la Communauté d’Agglomération. Mais vous savez très bien que la CA n’interviendra que sur les voiries d’intérêt communautaire. Ce n’est pas la CA qui va aménager le stationnement dans les quartiers résidentiels comme Haute Rive, par exemple, qui en a grandement besoin.

De plus, grâce à l’action de vos amis politiques, le fonctionnement normal de l’Agglo est empêché jusqu’à la mi-mars au mieux, date à laquelle les instances dirigeantes pourront siéger normalement. Ensuite, elles devront dans l’urgence voter un budget, puis définir quelles sont les voiries et les équipements d’intérêt communautaire.

Au mieux, nous connaitrons tout cela à la rentrée de septembre et nous aurons pris un an de retard. Ce n’est pas possible, il y a des quartiers où il faut intervenir tout de suite ! Je parlais de Haute Rive, mais aussi certains secteurs du quartier Anne Franck ou les rues en béton du quartier bois d’amour qui se désagrègent et qu’il devient urgent de rénover.

Pour finir, et c’est pour l’anecdote, vous nous proposez de réaliser une étude thermique de l’hôtel de ville, ce qui est une bonne idée sauf qu’elle a déjà été réalisée il y a quelques mois. Hé oui, s’il y avait des réunions régulières de la commission des travaux, peut-être seriez-vous mieux informée de ce qu’il se passe dans votre mairie.

Je ne veux pas être plus long, il y aurait beaucoup à dire, mais je terminerai en vous demandant très simplement, et sans aucun esprit polémique de revoir votre copie. Il vous reste un mois et demi pour réorienter ce budget et mettre un peu de chaleur et d’humanité dans votre vision un peu trop froide et un peu trop comptable de l’action municipale.

Je vous remercie de votre attention.

Partager cet article

Repost 0

Incompétence et Duplicité...

Publié le par Pierre de RUS

Incompétence et Duplicité...

En moins de 24 heures, beaucoup a déjà été dit sur le conseil municipal qui s’est déroulé le 16 décembre dernier.

Comme à son habitude, Mme Aliquot s’est écoutée parler pendant des heures pour tenter d’endormir le public et les conseillers municipaux.

Et si elle a besoin de justifier ainsi chacun de ses projets de délibération, c’est pour masquer son incompétence dont nous avons encore eu hier soir quelques exemples frappants.

Premier point surprenant, Mme Aliquot, qui s’est fait élire en faisant campagne contre la densité des constructions, supprime d’un trait de plume l’obligation pour les promoteurs de réaliser 10 % minimum d’espaces verts dans chaque opération. Cadeau pour les promoteurs, ils disposent maintenant de 10% de logements supplémentaires sur chaque parcelle.

Deuxième point, la même qui s’est érigée en rempart des constructions imposées par l’Etat, demande à l’EPA Sénart d’ouvrir à l’urbanisation une nouvelle zone pour y construire près de 1300 logements, moitié collectif, moitié pavillonnaire. Quand on sait qu’il reste encore plus de 800 logements à vendre dans la ZAC de la Clé de Saint Pierre, cela fait au total plus de 2100 logements lancés soit 5 à 6000 habitants supplémentaires.

De plus, cette nouvelle ZAC de Villeray sera gérée par une nouvelle procédure accélérée (PIL) qui permet de diviser par deux le temps d’instruction des permis de construire et de tous les documents administratifs. Mme Aliquot trouve sans doute que ça ne construit pas assez vite à Saint Pierre…

Le summum a été atteint lors de l’élection de nos délégués à la nouvelle Communauté d’Agglomération.

Comme les résultats du vote lui sont défavorables, Mme Aliquot invente une nouvelle loi pour tenter de sauver le soldat Pugin.

Peine perdue, les services de la Préfecture viennent de la recadrer en lui demandant de rétablir le droit.

Cet épisode n’est pas à prendre à la légère car soit elle savait ce qu’elle faisait et dans ce cas c’est une tentative de falsification du résultat d’un vote, ce qui est très grave, soit elle pensait sincèrement ce qu’elle affirmait et cela veut dire qu’elle ne sait pas lire un texte de loi relativement simple. Ce qui est également très grave pour notre ville. Le choix se situe donc entre incompétence et duplicité !

Dans les deux cas, ces agissements éclaboussent notre commune et ses habitants en renvoyant une image négative qui ne peut plus durer.

Après avoir été désavouée par les urnes aux élections départementales, puis par son conseil municipal dans sa tentative d’exclure l’un de ses adjoints, voilà qu’elle se permet d’aménager la loi pour tenter de faire élire l’un de ses affidés.

Cela suffit, Mme Aliquot doit tirer les conséquences de cette situation déplorable qu’elle a provoquée par son impéritie et remettre en jeu son mandat à la tête de l’exécutif.

Il faut qu’elle parte !

Partager cet article

Repost 0

Ambiance délétère au Conseil Municipal

Publié le par Pierre de RUS

Nouvelle ZAC, route du golf de Villeray
Nouvelle ZAC, route du golf de Villeray

Le Conseil Municipal a débuté ce jeudi 19 novembre par une minute de silence, hommage aux victimes des attentats du 13 novembre.

Puis une allocution très digne de notre Conseillère Départementale Annick Dischbein sur le même sujet.

S’ensuit une déclaration un peu moins « consensuelle » de notre collègue du Parti Communiste dont nous sommes beaucoup à penser qu’elle était un peu déplacée en la circonstance…

Les points importants du Conseil Municipal :

Mme Aliquot nous informe qu’elle a conclu un contrat avec une société d’intérim pour recruter des animateurs. Grande première sur la commune !

Elle nous annonce aussi qu’elle a conclu un contrat avec un cabinet de recrutement pour l’embauche d’un responsable des finances et ressources humaines, pour la modique somme de 4800 €. Visiblement, les annonces passées dans la presse n’ont pas suscité un engouement spectaculaire et ça ne se bouscule pas au portillon pour venir travailler sous la coupe du couple Aliquot.

Dernière annonce importante, c’est la souscription d’un emprunt de 500 000 € auprès du Crédit Mutuel pour « financer le programme d’investissement de la commune ». Il était temps, nous sommes mi-novembre… En fait, il s’agirait plutôt de financer la démolition des bâtiments de l’espace Neige-Lune qui devait être financée par la vente du terrain qui est bloquée à ce jour. Encore une preuve de la gestion erratique de Mme Aliquot !

On passe ensuite à l’ordre du jour avec un premier point chaud concernant la mise à mort par Mme Aliquot de son adjoint à l’urbanisme à qui elle a retiré la délégation car il a simplement essayé de faire son boulot et de protéger les intérêts de la commune !

Grosse claque puisqu’elle n’obtient que 10 votes (sur 29) pour l’exécution de son adjoint. Celui-ci présente dans la foulée sa démission.

L’autre point dur de la soirée, et qui est lié au précédent, c’est la modification du PLU (Plan Local d’Urbanisme). Cette modification a été voulue à la base pour permettre au promoteur choisi sur le terrain de Neige Lune d’obtenir son permis de construire. C’est ce que nous a expliqué Mme Aliquot, mais, finalement, elle nous annonce (et elle l’écrit) que le règlement ne sera pas modifié donc le promoteur devra adapter son permis. La suite nous dira si ses engagements sont tenus ou pas.

Au détour de la discussion, nous apprenons que Mme Aliquot a ordonné la création d’une nouvelle ZAC (qui est actuellement l’objet de fouilles archéologiques préventives) entre le parc des sports et la route du golf de Villeray. En effet, il semble qu’avec ses grandes capacités de négociatrice, Mme Aliquot a obtenu que la ZAC des clés de Saint Pierre comporte quelques logements de moins (une cinquantaine), en échange de l’ouverture d’une zone à bâtir pouvant contenir au bas mot 300 pavillons… Pour quelqu’un qui nous accusait de trop bétonner, là, elle déchaine les bétonnières et elle va consommer en deux ans plus d’espace agricole que nous ne l’avons fait en 14 ans !

La fin du Conseil est tout aussi surréaliste.

Mme V. Lemaire fait une déclaration pour annoncer la constitution d’un nouveau Groupe au sein du Conseil Municipal. Elle évoque les raisons qui l’ont poussée, elle et ses collègues à prendre cette décision.

La réponse de Mme Aliquot est pathétique.

Là ou ses collègues lui parlent de confiance, de transparence, de respect et d’écoute elle répond comptabilité et finances, pendant de longues minutes, elle explique que l’état baisse les dotations, elle se victimise en expliquant que son rôle est difficile et qu’elle est entourée d’incapables qui ne comprennent rien à la difficulté de sa tâche.

Insulter ses colistiers, c’est un moyen de défense plutôt singulier mais surtout indigne d’un élu, quel qu’il soit, mais nous connaissons bien Mme Aliquot, c’est la faute du gouvernement, c’est la faute de l’administration, c’est la faute de ses colistiers, ce n’est jamais de sa faute à elle.

Madame Aliquot, ça suffit ! Partez ! Démissionnez et partez loin d’ici ; vous avez fait assez de dégâts et suffisamment de mal à cette commune et à ses habitants et ils auront beaucoup de mal à s’en remettre !

Partager cet article

Repost 0

Quand la bêtise le dispute à l’amateurisme

Publié le par Pierre de RUS

Quand la bêtise le dispute à l’amateurisme

Notre Maire vient de diffuser dans nos boites un papier officiel, puisqu’il comporte le logo de notre ville, intitulé "droit de réponse" et dont on peut se demander, au vu de son apparence institutionnelle, s’il n’aurait pas été payé par le budget communal, c’est-à-dire par nos impôts.

La première réaction qui vient est d’ignorer, tellement le document en question est bourré de mauvaise foi et d’approximations.

Et puis, en y regardant de plus près, on reste abasourdi par les aveux d’incompétence et de manipulations graves qui transparaissent entre les lignes.

Je passe sur la page entière consacrée par notre Maire à ne rien dire de nouveau sauf qu’il est normal de toucher des indemnités (décidément, c’est un sujet qui l’obsède) quand on fait le travail. Nous sommes d’accord. Le seul problème, c’est qu’elle ne le fait pas, le travail, et nos concitoyens s’en rendent compte tous les jours.

Je voudrais lui rappeler également, puisqu’elle semble l’avoir oublié que l’une de ses premières décisions a été de confirmer le poste de collaborateur de cabinet, aussitôt imitée en cela par le Président du SAN. Tout cela est vérifiable dans les documents officiels que tout citoyen peut consulter.

Je passe également sur la logorrhée épistolaire du chef de la propagande municipale qui se prétend adjoint à la culture et qui refuse de dialoguer avec les associations culturelles, persuadé qu’il est qu’il détient la science infuse, et que, comme sa patronne, il n’a pas besoin d’écouter les Saint-Perrayens.

Vient ensuite le réquisitoire de leur comparse Georges Pugin qui nous reproche d’avoir construit un hôtel de ville, un gymnase à Tigery, rénové un gymnase à Saintry, construit deux groupes scolaires (4 saisons et Tigery), un centre de loisirs (Gavroche), un parc des sports et j’en oublie sans doute.

C’est vrai que son seul bilan à lui aura été de signer le mois dernier un contrat de location d’une voiture de fonction pour une période de 24 mois (562,57 € par mois), alors que le SAN doit disparaitre dans six mois, soit à la fin de cette année…

Il faut bien se faire un petit plaisir avant de partir, après s’être offert un an de golf gratuit pour lui mais payé par nos impôts.

Mais le meilleur est à venir, monsieur Pugin nous explique béatement que l’augmentation du budget fêtes et cérémonies est due pour 12000 € à la réfection d’une route ! Mais se rend-t-il compte en écrivant cela qu’il reconnait être dans la plus totale illégalité ?

Il reconnait une manipulation budgétaire complètement illégale puisque le SAN n’a pas de compétence voirie et, surtout, il avoue en écrivant cela qu’il a délibérément menti aux conseillers syndicaux lors du vote du budget pour camoufler cette dépense. Ce budget était donc mensonger et est attaquable juridiquement.

A la lecture de son article, on comprend tout de suite que le titre "Mensonges Notoires" caractérise surtout son action à lui depuis qu’il est élu à la tête du SAN.

Mais "ces gens-là" ont tellement menti qu’il n’est pas étonnant qu’ils continuent à le faire sans honte et sans complexe...

Partager cet article

Repost 0

1 2 3 > >>