CDT : La Politique de la Chaise Vide

Publié le par Pierre de RUS

CDT : La Politique de la Chaise Vide

Lors de sa dernière séance du 5 février dernier, le Conseil Municipal a décidé de retirer la commune du Contrat de Développement Territorial (CDT) de Sénart.

Les deux premières raisons mises en avant par la Maire sont le changement d’équipe et d’orientation politique de la Municipalité.

C’est brutal, mais au moins c’est clair, tout ce qui était fait avant est par principe bon à jeter sans y réfléchir. Quitte à casser ce qui marche comme on l’a vu avec le péri scolaire.

La troisième est que « le CDT ne correspond pas aux attentes et aux réalités de notre territoire, que le projet de TGV est repoussé au-delà de 2030 ».

Madame la Maire décide toute seule de ce qui correspond aux attentes ou pas de « son » territoire et balaye d’un revers de main les deux ans de concertation qui ont précédé la signature du CDT.

Au lieu de se battre pour activer le projet de TGV, elle préfère jeter l’éponge tout de suite sans se préoccuper de ce qui se passera dans 10, 15 ou 20 ans. Ce n’est pas cela qu’on attend d’un élu responsable. Si nous avions agi ainsi, aujourd’hui, nous n’aurions pas de crèche ni de parc des sports, ni de Tzen.

Et la quatrième raison est que « la commune ne participe pas au comité de pilotage ».

Et là, madame la Maire aurait pu au moins se donner la peine de lire ce fameux CDT, elle y aurait vu que les Maires des communes membres du CDT sont membres de droit du comité de pilotage et que celui-ci doit se réunir tous les trois ans ; il n’est donc pas anormal qu’il ne se soit pas réuni depuis la signature qui a eu lieu fin 2013.

Dans le débat qui a suivi la présentation du projet de délibération, Mme la Maire nous a expliqué que l’État ne tient pas ses engagements sur la ZAC des Clés de Saint Pierre et que le parc d’activités n’est pas commercialisé. Là encore, elle perd une bonne occasion de se taire car si elle s’était rendue sur place, elle aurait vu les engins de chantier qui ont entamé la viabilisation du nord de la ZAC et les panneaux de commercialisation des terrains.

Au final donc, il ne reste plus que la seule véritable raison de ce retrait, c’est que le CDT a été signé par la précédente Municipalité.

Pourquoi cette décision est mauvaise pour notre commune ?

Le CDT ne nous impose pas de règles contraignantes, il s’agit d’un document qui fixe des orientations de travail en commun à long terme avec les communes voisines qui partagent le territoire de la ville nouvelle. En contrepartie, l’Etat et la Région s’engagent à favoriser le développement des territoires qui sont dans des CDT, avec des aides sonnantes et trébuchantes, comme cela a été le cas pour le parc des sports.

Cela veut simplement dire que les subventions d’aménagement et d’équipement seront fléchées en priorité vers les territoires en CDT. Comment un élu un tant soit peu responsable peut-il se priver de cette possibilité ?

Enfin, dans la réorganisation territoriale qui s’annonce, il est clair que des blocs vont se constituer au sein des intercommunalités géantes et que le périmètre du CDT est pertinent pour peser dans la future Agglomération Evry-Sénart. En nous retirant du CDT, nous nous interdisons de fait le droit de compter dans cette nouvelle Agglomération. Et comme, de plus, notre Maire s’est abstenue lors du vote de sa création, elle a envoyé un signal clair à tous les autres maires, c’est qu’ils vont pouvoir se passer de son avis à l’avenir et qu’ils pourront nous reléguer à la portion congrue.

N’est pas De Gaulle qui veut, et la politique de la chaise vide est une arme à double tranchant. Si on n’est pas en position de force, la chaise reste vide et les autres continuent d’avancer ; c’est malheureusement ce qui est en train de se produire, et notre rôle à l'avenir risque fort de se limiter à regarder passer les TGV...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

JP AVELLAN 14/02/2015 15:06

Pour notre belle ville de ST PIERRE DU PERRAY, l'absence totale de vision à moyen-long terme de sa maire va lui nuire gravement, au moment où se prennent des décisions politiques qui vont dessiner l'avenir des petites et grandes couronnes parisiennes. En clair c'est aujourd'hui que se décide qui jouera dans 10 ans en TOP 14 (ou Ligue 1) et ceux qui seront relégués en championnat local. Derrière cette métaphore, c'est l'emploi sur notre bassin économique et le prix de nos maisons qui sont aussi en jeu !
Depuis des années j'avais pu observer à travers ses prises de positions simplistes et nombrilistes, les "limites" de celle qui se rêvait 1ère magistrat de notre ville et qui est depuis parvenue à l’être en niant aux électeurs les obligations de la Ville Nouvelle ; obligations qui sont en fait une chance pour son développement. Dès lors je me suis battu pour empêcher cette personne d’accéder à une fonction pour laquelle elle n’a ni l’étoffe, ni les capacités, ni la clairvoyance. Lors de la présentation en réunion publique de la liste de Pierre DE RUS, liste sur laquelle j’avais l’honneur de figurer, j’avais illustré à travers l’exemple de TOULON en 1995, le danger de voir des personnes inexpérimentées s’emparer d’une ville pour laquelle ils n’ont pas au-delà de leurs idées politiques, les compétences pour la diriger, et fait remarquer que même ces personnes débarquées au bout de leurs mandats, la ville de TOULON avait mis 10 ans pour s’en relever.
Pour ST PIERRE DU PERRAY moins de onze mois auront suffi à valider la raison de mon combat !