Ambiance délétère au Conseil Municipal

Publié le par Pierre de RUS

Nouvelle ZAC, route du golf de Villeray
Nouvelle ZAC, route du golf de Villeray

Le Conseil Municipal a débuté ce jeudi 19 novembre par une minute de silence, hommage aux victimes des attentats du 13 novembre.

Puis une allocution très digne de notre Conseillère Départementale Annick Dischbein sur le même sujet.

S’ensuit une déclaration un peu moins « consensuelle » de notre collègue du Parti Communiste dont nous sommes beaucoup à penser qu’elle était un peu déplacée en la circonstance…

Les points importants du Conseil Municipal :

Mme Aliquot nous informe qu’elle a conclu un contrat avec une société d’intérim pour recruter des animateurs. Grande première sur la commune !

Elle nous annonce aussi qu’elle a conclu un contrat avec un cabinet de recrutement pour l’embauche d’un responsable des finances et ressources humaines, pour la modique somme de 4800 €. Visiblement, les annonces passées dans la presse n’ont pas suscité un engouement spectaculaire et ça ne se bouscule pas au portillon pour venir travailler sous la coupe du couple Aliquot.

Dernière annonce importante, c’est la souscription d’un emprunt de 500 000 € auprès du Crédit Mutuel pour « financer le programme d’investissement de la commune ». Il était temps, nous sommes mi-novembre… En fait, il s’agirait plutôt de financer la démolition des bâtiments de l’espace Neige-Lune qui devait être financée par la vente du terrain qui est bloquée à ce jour. Encore une preuve de la gestion erratique de Mme Aliquot !

On passe ensuite à l’ordre du jour avec un premier point chaud concernant la mise à mort par Mme Aliquot de son adjoint à l’urbanisme à qui elle a retiré la délégation car il a simplement essayé de faire son boulot et de protéger les intérêts de la commune !

Grosse claque puisqu’elle n’obtient que 10 votes (sur 29) pour l’exécution de son adjoint. Celui-ci présente dans la foulée sa démission.

L’autre point dur de la soirée, et qui est lié au précédent, c’est la modification du PLU (Plan Local d’Urbanisme). Cette modification a été voulue à la base pour permettre au promoteur choisi sur le terrain de Neige Lune d’obtenir son permis de construire. C’est ce que nous a expliqué Mme Aliquot, mais, finalement, elle nous annonce (et elle l’écrit) que le règlement ne sera pas modifié donc le promoteur devra adapter son permis. La suite nous dira si ses engagements sont tenus ou pas.

Au détour de la discussion, nous apprenons que Mme Aliquot a ordonné la création d’une nouvelle ZAC (qui est actuellement l’objet de fouilles archéologiques préventives) entre le parc des sports et la route du golf de Villeray. En effet, il semble qu’avec ses grandes capacités de négociatrice, Mme Aliquot a obtenu que la ZAC des clés de Saint Pierre comporte quelques logements de moins (une cinquantaine), en échange de l’ouverture d’une zone à bâtir pouvant contenir au bas mot 300 pavillons… Pour quelqu’un qui nous accusait de trop bétonner, là, elle déchaine les bétonnières et elle va consommer en deux ans plus d’espace agricole que nous ne l’avons fait en 14 ans !

La fin du Conseil est tout aussi surréaliste.

Mme V. Lemaire fait une déclaration pour annoncer la constitution d’un nouveau Groupe au sein du Conseil Municipal. Elle évoque les raisons qui l’ont poussée, elle et ses collègues à prendre cette décision.

La réponse de Mme Aliquot est pathétique.

Là ou ses collègues lui parlent de confiance, de transparence, de respect et d’écoute elle répond comptabilité et finances, pendant de longues minutes, elle explique que l’état baisse les dotations, elle se victimise en expliquant que son rôle est difficile et qu’elle est entourée d’incapables qui ne comprennent rien à la difficulté de sa tâche.

Insulter ses colistiers, c’est un moyen de défense plutôt singulier mais surtout indigne d’un élu, quel qu’il soit, mais nous connaissons bien Mme Aliquot, c’est la faute du gouvernement, c’est la faute de l’administration, c’est la faute de ses colistiers, ce n’est jamais de sa faute à elle.

Madame Aliquot, ça suffit ! Partez ! Démissionnez et partez loin d’ici ; vous avez fait assez de dégâts et suffisamment de mal à cette commune et à ses habitants et ils auront beaucoup de mal à s’en remettre !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article