Le Diable se Cache dans les Détails.

Publié le par Pierre de RUS

Mercredi prochain, 1er février, nous sommes conviés par Mme Aliquot à une réunion publique concernant le PLU (Plan Local d’Urbanisme) pour nous en présenter le PADD (Projet d’Aménagement et de Développement Durable) qui est le document le plus important car il ; il dit ce que la municipalité veut faire ou ne pas faire.

Au cours de cette réunion, elle nous présentera donc sa vision de la ville pour les 10 ou 15 prochaines années. Je dis bien sa vision à elle, car aucun travail n’a été fait en commission ni en Conseil Municipal sur ce sujet.

Alors, pourquoi un nouveau PADD ? Le principal objet est de rendre constructible toute une partie de la commune située entre le parc des sports et la route du golf de Villeray, afin d’y réaliser la future ZAC du même nom (1300 logements, dont un grand nombre de logements collectifs).

Pour le reste, c’est un copier-coller du précédent PADD que nous avions élaboré en 2006, avec une attention particulière portée au centre-ville, ce que je soutiens pleinement.

Mais le diable se cache dans les détails et il y a un petit détail !

Nous avions décidé en 2006, de sanctuariser la zone de la commune située au sud de la route du Golf de Villeray pour lui garder sa vocation agricole. Mais pour Mme Aliquot, qui est maintenant le chantre du bétonnage à tout va, rien n’est sacré... Elle a donc décidé de rendre constructibles deux « petites » parcelles situées l’une près du hameau de Villededon et l’autre entre le bois d’amour et la limite de Saintry.

Lorsque j’ai demandé la raison de cette ouverture à l’urbanisation, la réponse de Mme Aliquot a été très explicite, il s’agit de permettre « un petit projet de construction de quelques maisons à Villededon ». Je vous laisse apprécier le « quelques », la parcelle concernée fait 20000 m², soit presque 3 fois plus que le terrain de l’ancienne mairie où elle a fait construire 26 pavillons !

Quant à la sortie coté Saintry, c’est pour …. Bah, ce n’est pas très clair ce serait pour masquer l’arrière des pavillons de Saintry que Mme Aliquot trouve disgracieux… Elle préfère donc voir des constructions que des champs et la forêt de Rougeau au loin.

Cela pourrait prêter à sourire, mais je sais la pression que j’ai eu durant des années pour ouvrir ces zones à l’urbanisation, donc, je vois très bien les raisons pour lesquelles Mme Aliquot a cédé à cette pression en moins de 3 ans… En effet, on parle ici d’une zone d’une quinzaine d’hectares, de quoi construire au moins 2 à 300 logements.

Ce faisant, elle fait passer encore une fois l’intérêt particulier de quelques personnes, dont certaines n’habitent même pas la commune, avant l’intérêt général de la ville.

Alors que plusieurs milliers de logement sont déjà programmés, quel est l’intérêt d’en construire quelques-uns de plus dans un secteur à vocation agricole ?

En attendant, pendant que le bétonnage s’amplifie, le reste de la commune est laissé à l’abandon et se dégrade de jour en jour. Mais pour Mme Aliquot, ceci ne doit être qu'un petit détail...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Avellan 01/02/2017 19:24

Pour l'anecdote la photo a été prise à 150 mètres du domicile de l'adjoint CATHELOT et cela fait plus de 2 ans que les bordures sont détachées ou manquantes. Mais visiblement pour celui -ci l'etat de sa rue ne le concerne pas, même si c'est dangereux pour les autres. Qui se ressemble s'assemble !