Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le degré zéro de la politique

Publié le par Pierre de RUS

Le degré zéro de la politique

Situation surréaliste au dernier Conseil Municipal où la Maire a demandé à l’opposition de lui signer un mot d’excuse pour qu’elle aille donner des ordres aux ATSEM (agents des écoles maternelles).

Elle craint en effet que ces personnels se mettent en grève si elle leur demande quoi que ce soit... Quel aveu de faiblesse !

On croit rêver et on se demande s’il y a encore un patron dans cette Mairie.

Il est vrai que, comme Madame la Maire a supprimé plusieurs postes d’ATSEM, elle n’ose plus maintenant les affronter.

Elle prend seule, avec son mari, la décision de casser le service public et de faire payer les familles, mais quand il s’agit de la gestion quotidienne de la Mairie, elle demande une solidarité totale du Conseil Municipal.

Mais c’est le Maire qui est seul responsable de la gestion du personnel ! C’est le Maire qui doit être le patron, assisté par le Comité Technique prévu pour le dialogue social ! Un Maire digne de ce nom doit assumer ses actes.

Malheureusement, il semble qu’il y ait eu tromperie sur la boite de cassoulet

On pourrait en rire, mais c’est de notre vie dont il s’agit. Beaucoup de dégâts irréversibles vont être commis en 6 ans.

C’est tout ce qui faisait l’attractivité de notre ville qui est en train de voler en éclats et à négliger aujourd’hui les enfants, on se prépare des lendemains difficiles avec les adolescents ou les jeunes adultes.

C'est aussi l'entretien de notre commune et de ses espaces verts qui est de plus en plus négligé et dont la dégradation, déjà visible par tous après seulement 6 mois, dévalorisera à coup sur les prix de l'immobilier.

La gestion d’une ville est un équilibre fragile, entre ce que l'on voudrait faire et ce que l'on peut faire. C’est la recherche permanente de l’équité et de la justice. La nouvelle municipalité a fait un autre choix, celui d’opposer les différentes catégories de populations qui composent notre ville.

La solidarité intergénérationnelle, c’est que les adultes payent pour l’éducation des enfants, qui à leur tour payeront pour les retraites des anciens. C’est pourtant simple à comprendre mais cela semble au-dessus des capacités de notre nouvelle maire.

Si on y ajoute sa blague douteuse sur les petits kényans qui font des kilomètres pour aller à l’école sans se plaindre, ou la stigmatisation des institutrices qui passeraient leur temps à papoter et boire leur café pendant les récréations au lieu de surveiller les enfants, on atteint le degré zéro de la politique.

Partager cet article

Repost0