Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

CDT : La Politique de la Chaise Vide

Publié le par Pierre de RUS

CDT : La Politique de la Chaise Vide

Lors de sa dernière séance du 5 février dernier, le Conseil Municipal a décidé de retirer la commune du Contrat de Développement Territorial (CDT) de Sénart.

Les deux premières raisons mises en avant par la Maire sont le changement d’équipe et d’orientation politique de la Municipalité.

C’est brutal, mais au moins c’est clair, tout ce qui était fait avant est par principe bon à jeter sans y réfléchir. Quitte à casser ce qui marche comme on l’a vu avec le péri scolaire.

La troisième est que « le CDT ne correspond pas aux attentes et aux réalités de notre territoire, que le projet de TGV est repoussé au-delà de 2030 ».

Madame la Maire décide toute seule de ce qui correspond aux attentes ou pas de « son » territoire et balaye d’un revers de main les deux ans de concertation qui ont précédé la signature du CDT.

Au lieu de se battre pour activer le projet de TGV, elle préfère jeter l’éponge tout de suite sans se préoccuper de ce qui se passera dans 10, 15 ou 20 ans. Ce n’est pas cela qu’on attend d’un élu responsable. Si nous avions agi ainsi, aujourd’hui, nous n’aurions pas de crèche ni de parc des sports, ni de Tzen.

Et la quatrième raison est que « la commune ne participe pas au comité de pilotage ».

Et là, madame la Maire aurait pu au moins se donner la peine de lire ce fameux CDT, elle y aurait vu que les Maires des communes membres du CDT sont membres de droit du comité de pilotage et que celui-ci doit se réunir tous les trois ans ; il n’est donc pas anormal qu’il ne se soit pas réuni depuis la signature qui a eu lieu fin 2013.

Dans le débat qui a suivi la présentation du projet de délibération, Mme la Maire nous a expliqué que l’État ne tient pas ses engagements sur la ZAC des Clés de Saint Pierre et que le parc d’activités n’est pas commercialisé. Là encore, elle perd une bonne occasion de se taire car si elle s’était rendue sur place, elle aurait vu les engins de chantier qui ont entamé la viabilisation du nord de la ZAC et les panneaux de commercialisation des terrains.

Au final donc, il ne reste plus que la seule véritable raison de ce retrait, c’est que le CDT a été signé par la précédente Municipalité.

Pourquoi cette décision est mauvaise pour notre commune ?

Le CDT ne nous impose pas de règles contraignantes, il s’agit d’un document qui fixe des orientations de travail en commun à long terme avec les communes voisines qui partagent le territoire de la ville nouvelle. En contrepartie, l’Etat et la Région s’engagent à favoriser le développement des territoires qui sont dans des CDT, avec des aides sonnantes et trébuchantes, comme cela a été le cas pour le parc des sports.

Cela veut simplement dire que les subventions d’aménagement et d’équipement seront fléchées en priorité vers les territoires en CDT. Comment un élu un tant soit peu responsable peut-il se priver de cette possibilité ?

Enfin, dans la réorganisation territoriale qui s’annonce, il est clair que des blocs vont se constituer au sein des intercommunalités géantes et que le périmètre du CDT est pertinent pour peser dans la future Agglomération Evry-Sénart. En nous retirant du CDT, nous nous interdisons de fait le droit de compter dans cette nouvelle Agglomération. Et comme, de plus, notre Maire s’est abstenue lors du vote de sa création, elle a envoyé un signal clair à tous les autres maires, c’est qu’ils vont pouvoir se passer de son avis à l’avenir et qu’ils pourront nous reléguer à la portion congrue.

N’est pas De Gaulle qui veut, et la politique de la chaise vide est une arme à double tranchant. Si on n’est pas en position de force, la chaise reste vide et les autres continuent d’avancer ; c’est malheureusement ce qui est en train de se produire, et notre rôle à l'avenir risque fort de se limiter à regarder passer les TGV...

Partager cet article

Repost0

Discours de politique générale

Publié le par Pierre de RUS

Discours de politique générale

Imaginez.

Imaginez que nous sommes à l’Assemblée Nationale le jour de la déclaration de politique générale du Premier Ministre, et qu’au moment de monter à la tribune, il laisse monter à sa place un Directeur de l’Administration pour faire le discours à sa place !

He bien, c’est exactement à cette scène que nous avons assisté hier soir lors du conseil municipal, c’est le Directeur Financier qui a présenté le débat d’orientation budgétaire sur ordre de la Maire !

Le Débat d’Orientation Budgétaire, le DOB, c’est un peu le discours de politique générale du Maire, c’est là qu’il fait le bilan de l’action passée et qu’il présente les perspectives pour l’avenir.

Notre Maire, elle, préfère laisser cela à l’Administration… Cela en dit long sur l’intérêt qu’elle porte à sa fonction de Maire. De plus en plus en retrait derrière l’Administration qui a pris le pouvoir sur les élus.

Voici le texte de mon intervention dans le débat d’orientation budgétaire :

" Madame le Maire, Mes chers collègues.

Je remercie les services pour l’excellent travail qui nous a été présenté et il n’est pas dans mes intentions de contester le travail que vous avez demandé au cabinet Service Public 2000, car je sais bien que dans ce genre de d’exercice, la présentation est faite en fonction de la commande passée. Cependant, la méthode qui consiste à globaliser la fiscalité du SAN avec celle de la commune pour expliquer qu’elle est trop élevée n’est pas intellectuellement très honnête, puisque vous savez bien que cette fiscalité provient du transfert de fiscalité du département et que celle-ci n’a pas varié depuis le dit transfert. A ce compte-là, vous auriez du également ajouter la part régionale.

Je note également que, fidèle à vos combats perdus, vous mettez en avant un élément qui aura selon vous des conséquences importantes, la réforme Peillon, pour… 34k€ par an. C’est-à-dire environ 0,3 % du budget ou, pour comparer, moins que le coût d’un agent de police municipale par exemple.

Sans doute une manière de signifier l’attachement que vous portez à l’éducation de nos enfants.

Enfin quelques interrogations subsistent sur la prospective que vous nous proposez. Des charges financières qui augmentent de 124 % sur les cinq années à venir, des remboursements d’emprunt qui augmentent de 85 % sur la même période alors que votre prévision de budget est en augmentation de 14,5 %.

En ce qui concerne plus précisément le prochain exercice et son budget de fonctionnement il y a peu ou pas d’indications dans le document que vous nous présentez. Difficile donc de prendre position. En effet, je ne connais personne qui ne puisse être d’accord sur un objectif de maîtrise des coûts et de maintien de la qualité de service.

Le problème viendra ensuite dans l’exécution, comme on peut le constater avec les services que vous avez externalisés et dont la qualité a chuté de façon dramatique, provoquant le mécontentement des usagers de ces services publics.

Pour finir sur ce point du fonctionnement, j’ai beaucoup apprécié votre sens de l’humour lorsque vous écrivez page 6 que vous allez faire une enquête pour comprendre la chute de fréquentation des activités extra et périscolaire. Après avoir tout fait depuis 6 mois pour chasser les enfants de ces structures, peut-être l’enquête que vous évoquez a pour objectif de voir comment vous débarrasser de ceux qui restent.

Concernant le budget d’investissement, là encore, je ne saurais être par trop critique, s’agissant pour la plupart de projets que nous avions lancés ou envisagés, nous ne pouvons que souhaiter qu’ils se réalisent dans les meilleures conditions. Un bémol cependant concernant l’extension de la vidéo protection ; il me semble que la somme évoquée aurait pu être étalée sur plusieurs exercices, ce qui aurait permis, par exemple, de commencer à travailler sur la voirie et le stationnement dans le quartier de Hauterive qui en a grandement besoin.

Je vous remercie de votre attention. "

Partager cet article

Repost0