Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Quand la bêtise le dispute à l’amateurisme

Publié le par Pierre de RUS

Quand la bêtise le dispute à l’amateurisme

Notre Maire vient de diffuser dans nos boites un papier officiel, puisqu’il comporte le logo de notre ville, intitulé "droit de réponse" et dont on peut se demander, au vu de son apparence institutionnelle, s’il n’aurait pas été payé par le budget communal, c’est-à-dire par nos impôts.

La première réaction qui vient est d’ignorer, tellement le document en question est bourré de mauvaise foi et d’approximations.

Et puis, en y regardant de plus près, on reste abasourdi par les aveux d’incompétence et de manipulations graves qui transparaissent entre les lignes.

Je passe sur la page entière consacrée par notre Maire à ne rien dire de nouveau sauf qu’il est normal de toucher des indemnités (décidément, c’est un sujet qui l’obsède) quand on fait le travail. Nous sommes d’accord. Le seul problème, c’est qu’elle ne le fait pas, le travail, et nos concitoyens s’en rendent compte tous les jours.

Je voudrais lui rappeler également, puisqu’elle semble l’avoir oublié que l’une de ses premières décisions a été de confirmer le poste de collaborateur de cabinet, aussitôt imitée en cela par le Président du SAN. Tout cela est vérifiable dans les documents officiels que tout citoyen peut consulter.

Je passe également sur la logorrhée épistolaire du chef de la propagande municipale qui se prétend adjoint à la culture et qui refuse de dialoguer avec les associations culturelles, persuadé qu’il est qu’il détient la science infuse, et que, comme sa patronne, il n’a pas besoin d’écouter les Saint-Perrayens.

Vient ensuite le réquisitoire de leur comparse Georges Pugin qui nous reproche d’avoir construit un hôtel de ville, un gymnase à Tigery, rénové un gymnase à Saintry, construit deux groupes scolaires (4 saisons et Tigery), un centre de loisirs (Gavroche), un parc des sports et j’en oublie sans doute.

C’est vrai que son seul bilan à lui aura été de signer le mois dernier un contrat de location d’une voiture de fonction pour une période de 24 mois (562,57 € par mois), alors que le SAN doit disparaitre dans six mois, soit à la fin de cette année…

Il faut bien se faire un petit plaisir avant de partir, après s’être offert un an de golf gratuit pour lui mais payé par nos impôts.

Mais le meilleur est à venir, monsieur Pugin nous explique béatement que l’augmentation du budget fêtes et cérémonies est due pour 12000 € à la réfection d’une route ! Mais se rend-t-il compte en écrivant cela qu’il reconnait être dans la plus totale illégalité ?

Il reconnait une manipulation budgétaire complètement illégale puisque le SAN n’a pas de compétence voirie et, surtout, il avoue en écrivant cela qu’il a délibérément menti aux conseillers syndicaux lors du vote du budget pour camoufler cette dépense. Ce budget était donc mensonger et est attaquable juridiquement.

A la lecture de son article, on comprend tout de suite que le titre "Mensonges Notoires" caractérise surtout son action à lui depuis qu’il est élu à la tête du SAN.

Mais "ces gens-là" ont tellement menti qu’il n’est pas étonnant qu’ils continuent à le faire sans honte et sans complexe...

Partager cet article

Repost0

Neige Lune : une dérive idéologique

Publié le par Pierre de RUS

Neige Lune : une dérive idéologique

La réunion « publique sur invitation » qui s’est tenue hier soir dans l’ancienne mairie a confirmé nos craintes.

Il s’agissait d’une réunion de présentation et non de concertation. Et cela devient une habitude avec Mme Aliquot, elle décide de tout, seule dans sa tour d’ivoire, à peine si elle écoute ses colistiers, alors c’est dire si elle se soucie bien peu de ce que pourraient penser nos concitoyens.

Qu’avons-nous appris ? Rien, si ce n’est que le projet est déjà ficelé, les documents commerciaux sont prêts et la pré-commercialisation est, semble-t-il, déjà lancée.

Pourtant, des remarques pertinentes ont été faites par les riverains, par exemple sur le problème du stationnement dans le quartier qui n’a pas du tout été pris en compte, ou sur les problèmes d’évacuation des eaux usées où les réponses ont été plutôt évasives.

Beaucoup ont regretté que le projet ne prenne pas en compte les espaces publics environnants; on aurait pu profiter de ce programme pour faire une véritable réhabilitation de ce quartier dans son ensemble.

Peine perdue, c’est sa façon à elle de faire de la concertation, elle sait ce qui est bon pour les gens, elle n'a donc besoin de personne pour décider !

Quant à la destruction de l’espace Neige-Lune, après avoir épuisé tous les arguments fallacieux qu’elle nous récite à chaque fois, elle a fini par avouer que le bâtiment devait être détruit parce qu’il ne lui plaisait pas !... Circulez, y’a rien à voir.

Nous avons tout de même appris qu’une promesse de vente avait été signée et que la vente définitive serait conclue vers la fin de l’année. En attendant, le promoteur démarre les travaux de démolition cet été ! Cherchez l’erreur…

Cette affaire présente de plus en plus de zones d’ombre, c’est pourquoi nous avons saisi le Préfet à ce sujet.

Quant au projet en lui-même, rien de bien original à part qu’il sera fermé par des grilles, donc les futurs propriétaires doivent savoir qu’ils auront en charge l’entretien de la voirie et des espaces verts.

Cela n’a l’air de rien et d’aucuns pourraient trouver cela somme toute normal. Mais il s’agit en fait d’une dérive idéologique méthodique et réfléchie, qui a déjà été mise en place, par exemple, au niveau du périscolaire.

C’est une décision politique, au nom d’une idéologie qui tend à opposer les gens les uns contre les autres. Il y aura ceux qui pourront payer et ceux qui ne pourront pas et qui devront quitter la commune.

Nous avons toujours été farouchement opposés à la création de ghettos, notre ville, nous l’avons voulue ouverte, généreuse et fraternelle.

Pour qu’une ville vive, il faut de la circulation et des échanges entre les quartiers il faut aussi de la solidarité et ce n’est pas en enfermant tout un quartier derrière des grilles, fussent-elles dorées, qu’on y parvient.

Partager cet article

Repost0